Stan Maillaud vient de publier la partie 2 de sa vidéo intitulée « Procès d’inquisition du 30 aout: Stan Maillaud nous en dit plus. Partie 2 » dans laquelle, une fois n’est pas coutume, il ment comme le pire arracheur de dents de l’histoire.

A partir de 4min50 Stan Maillaud explique que je lui aurais servi l’affaire du Doubs sur un plateau afin de l’attirer dans un traquenard. Ce qui est complètement faux puisque nous n’avions plus contact depuis un mois et qu’il ne voulait plus me voir. Pourtant, c’est bien lui qui me rappelle en septembre 2012 via des SMS pour savoir où j’en suis dans cette affaire. Il souhaitait apporter son aide. Ce que j’ai accepté. Puis, encore un mensonge, il raconte que j’ai eu des échanges avec le beau-père de la prétendue victime du Doubs, ce qui est faux également. D’ailleurs, pour les plus ignorants, sachez que je suis encore en contact avec la prétendue victime du Doubs. Nous nous donnons régulièrement des nouvelles. Pourquoi Stan a-t-il été contrôlé par les gendarmes ? Pas parce que le soit-disant réseau aurait intercepté des communications, mais simplement parce que Stan et la personne qui l’accompagnait se sont garés sur une propriété privée, à bord d’un fourgon gris. Les quelques villages autour d’Amancey étaient régulièrement cambriolés depuis quelques jours. Ce fourgon garé sur une propriété privée a alerté les gendarmes qui ont donc procédé à un contrôle d’identité.

Stan Maillaud s’enfonce dans son délire paranoïaque, imaginant que je suis un agent du réseau qui a voulu le faire tomber. Alors que c’est lui qui est venu vers moi pour aller dans le Doubs. Stan est comme quelques personnes de cette dissidence, à croire que tout le monde veut le faire tomber, à croire que les infiltrés sont partout autour de lui. Ce qui est drôle avec Stan Maillaud, c’est que les gens qui s’approchent de lui sont régulièrement envoyés en prison et que lui s’en sort toujours le cul propre. Évidemment il finit toujours par cracher au visage de ceux qu’il envoie en prison. Il faudra m’expliquer comment c’est possible… Je n’ai pas envie de perdre plus de temps avec cette histoire. Qu’on me croit ou pas est le dernier de mes soucis.