Comment quelqu’un qui se prétend catholique, à l’image du journaliste sportif Fred Hermel (consultant français en Espagne pour RMC Sport), peut-il souhaiter « une bonne fête nationale à tous les français » ?

Cette république qui s’est bâtie sur la décapitation et le meurtre de masse est aujourd’hui célébrée (comme chaque année) par des ignorants. Ce débile profond de Fred Hermel qui se dit catholique se doute-t-il ne serait-ce qu’une seconde qu’en coupant la tête du Roi les révolutionnaires voulaient par la même occasion décapiter Dieu ?

La république fête ses crimes. Des bébés étaient cloués aux portes de leur maison car ils étaient catholiques mais parlons aussi de Saint-Just (figure de la révolution) qui a porté une culotte faite avec la peau d’une demoiselle qui refusait de participer à ses recherches. Des cadavres de femmes (environ 150, dit-on) fondus pour en extraire la graisse et en faire commerce « une graisse plus agréable que le saindoux ».

Saint-Just disait : « On tanne à Meudon la peau humaine. La peau qui provient d’hommes est d’une consistance et d’une bonté supérieure à celle du chamois. Celle des sujets féminins est plus souple mais elle présente moins de solidité. »

(Contre-Info) « On ne peut négliger le témoignage d’une personne qui vécut sous la Révolution et était bien placée pour recueillir des confidences : c’est Aimée de Coigny qui écrit, dans le chapitre sur la Convention de son Journal : Trois tanneries de peaux humaines, aux Ponts de Cé (près d’Angers), à Étampes, à Meudon, ont été identifiées ; à la fête de l’Être Suprême plusieurs députés en portèrent des culottes. Après Thermidor Galetti le prouva au péril de sa vie. »

(Contre-Info) « L’abbé de Montgaillard corrobore les dires d’Aimée de Coigny dans le troisième (p. 290) des neuf tomes de son Histoire de France depuis la fin du règne de Louis XVI jusqu’en 1825 ; il a vu cette tannerie de Meudon et il confirme que : on y tannait la peau humaine, et il est sorti de cet affreux atelier des peaux parfaitement préparées. Le duc d’Orléans (Égalité) avait un pantalon de peau humaine. Les bons et beaux cadavres des suppliciés étaient écorchés et leur peau tannée avec un soin particulier. La peau des hommes avait une consistance et un degré de bonté supérieur à la peau de chamois ; celles des femmes présentait moins de solidité à raison de la mollesse du tissu. »

(Contre-Info) « Poursuivons notre quête de témoignages. L’existence de ces tanneries d’un nouveau genre est établie en Vendée pendant les années cruelles de 1793-1794. Le général Beysser, rapporte Crétineau-Joly (Histoire de la Vendée militaire, T1, p. 165, Ed. de 1851), osa être le premier à porter un pantalon fait avec la peau préparée et tannée des Vendéens qu’on écorchait après la bataille. »

Il faut vraiment être le pire des crétins, le pire des ignorants, pour participer à cette fête nationale. Voici un conciliaire dans toute sa splendeur : un pauvre type qui patauge dans l’ignorance crasse. « Je n’en peux plus de ce pape, disait-il. C’est un faux progressiste ». Le voici qui souhaite une bonne fête nationale à « tous ceux qui aiment la France ». Ils n’aiment pas la France, ils aiment la république des Lumières, comme ce crétin de Fred Hermel qui est aussi catholique que mon lavabo. N’ayons pas peur de dire que cette fête est satanique.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Contre-Info : Les tanneries de peau humaine