La propagande LGBT prend chaque jour de plus en plus d’ampleur. Les médias servent évidemment d’organe de propagande afin de sensibiliser les pauvres lecteurs à cette cause qui ne vise qu’à détruire la norme.

Récemment, l’humoriste lesbienne Océanerosemarie (une femme, donc) a fait savoir qu’elle est « devenue un homme ». Elle aurait donc changé de genre et demande à se faire appeler Océan en lieu et place de Océanerosemarie. N’oublions pas que le mouvement LGBTQ ne touche pas que les adultes mais qu’il s’attaque aussi aux enfants.

Source : Europe 1 (Ce qui se trouve sous la mention « source » n’est pas la propriété du site En Direct du Chaos)

Article du site Europe 1 :

Le comédien a pris la décision de s’affirmer « comme un homme trans », et demande désormais à se faire appeler Océan.

Il a choisi la date symbolique du 17 mai pour faire cette annonce importante et très personnelle. Alors que se tient jeudi la Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, l’humoriste anciennement connu sous le nom d’Océanerosemarie a confié au média LGBT Komitid qu’il avait décidé de changer de genre.

« J’étais épuisé d’être une femme ». « Il y a deux ans, après avoir compris que le masculin en moi avait toujours été contrôlé, écrasé, contenu, parce que j’avais peur de le laisser surgir, j’ai décidé que ça suffisait », explique l’artiste engagé de longue date sur les questions LGBT et révélé il y a dix ans par son spectacle La Lesbienne invisible. Avant d’ajouter : « j’ai compris que tout ce que je vivais, c’était tout simplement de la transphobie intériorisée, phobie au sens de la peur irrationnelle envers moi-même (…) j’ai compris que j’étais épuisé d’être une femme parce que ce n’était pas en adéquation avec qui je me sentais intérieurement ».

« J’ai donc pris la décision de changer de genre, de m’affirmer tel que je suis, un homme trans », explique-t-il, tout en indiquant se faire désormais appeler « Océan ». « Tant qu’à devenir un mec trans et rentrer dans le monde merveilleux du queer, je n’allais pas choisir Jean-Claude ou Matteo. Je voulais un prénom aussi merveilleux que peut l’être la transidentité ».

« Toujours autant de blagues pourries ». « Je ne coupe pas avec mon passé parce que j’ai l’impression d’avancer vers moi, de me dirige vers, d’évoluer », affirme Océan, qui compte bien continuer à fouler les planches. « Je serais très heureux que vous continuiez à m’accompagner sur ce nouveau chemin, avec plus de muscles, plus de poils (…) mais toujours autant de blague pourries », assure-t-il à son public.