Afin de faire suite à quelques articles sur l’occultisme je publie ce billet qui concerne Oscar Wilde qui est connu pour avoir publié Le Portrait de Dorian Gray en 1890. Qui se cachait derrière l’écrivain ?

Stanislas de Guaïta (1861-1897), Joséphin Péladan (1850-1915), Paul Sédir (Yvon Le Loup, 1871-1926), Grillot de Givry (1874-1929), Paul Choisnard (1867-1930), Ernest Bosc (1837-1920), Albert Jounet (1860-1923), Marc Haven (Dr Emmanuel Lalande, 1868-1926), Charles Barlet (Albert Faucheux, 1838-1921), Papus (1865-1916), Victor Hugo (1802-1885), Claude Debussy (1862-1918), Verlaine (1844-1896), Oscar Wilde (1854-1900), Voltaire (1694-1778)… La liste est trop longue pour la livrer entièrement ici mais tous ces noms ont un ou plusieurs points communs : ils étaient francs-maçons, fréquentaient des cercles ésotériques et, de fait, pratiquaient les arts occultes comme le spiritisme, l’écriture automatique, la magie… Aujourd’hui nous nous intéresserons à Oscar Wilde.

 

Le portrait d’Oscar Wilde

Oscar Wilde

Nous verrons dans cet article que comme bon nombre de ses camarades Oscar Wilde était un personnage plus complexe qu’il n’y parait. Son plus gros succès est sans aucun doute son roman Le Portrait de Dorian Gray. Cette histoire fut adaptée au théâtre, en film et en série[1]. Oscar Wilde est né à Dublin en 1854 dans le milieu bourgeois de l’Irlande et est décédé à Paris en 1900. Après des études qui lui promettent un brillant avenir, Wilde fait la connaissance de trois personnages qui lui seront d’une grande aide : Walter Pater, John Addington Symonds (un des premiers avocats de la cause homosexuelle[2]) et John Ruskin (qui était franc-maçon).

Oscar Wilde est le fils de sir William Robert Wills Wilde (franc-maçon à la Shakespeare Lodge n°143 à Dublin en 1838. Compagnon et Maître en 1839, Vénérable Maître en 1841). Évoluant dans le milieu de la bourgeoisie et fils d’un initié, il est aussi en très bon terme avec le prince Léopold, sixième fils de la reine Victoria. Ce dernier était lui aussi un initié (Apollo University Lodge n°357). En 1875 Wilde est approché par un certain John Edward Courtenay Bodley afin de le faire franc-maçon (John Edward Courtenay Bodley était évidemment un initié, un membre actif de la franc-maçonnerie). John Edward Courtenay Bodley (ainsi que Sinclair Franklin Hood) proposent Oscar Wilde à la loge et après un vote favorable l’écrivain est alors initié le 16 février 1875 à l’age de 21 ans à l’Apollo University Lodge n°357.

Dans son journal, Bodley écrit: Williamson & Wilde – déjeuner à la Mitre. W. a été subjugué par les symboles. 3 ème degré …
Voici des échanges qui correspondent à la première cérémonie de sacrement :
Vénérable Maître : Quel est le mot ?
Premier Conspirateur : Nabat …
VM : La réponse ?
2e C : Kalit …
VM : Quel heure est-il ?
3e C : L’heure à souffrir …
VM : Quel jour ?
4e C : Le jour de l’oppression …
VM : En quelle année ?
5e C : L’année de l’espoir …
VM : Combien sommes-nous ?
4e C : dix, neuf et trois …
[3]

Wilde en tenue maçonnique

Le parcours d’Oscar Wilde en franc-maçonnerie se passe bien. Le 24 avril 1875 il arrive au second grade et devient Maître le 25 mai 1875. Au mois de novembre il rejoint la Churchill Lodge, il y est Garde Intérieur en 1876 et Diacre en 1877. C’est dans la loge Oxford University Chapter n°40 (rite écossais) qu’il atteint le 18e degré, c’est à dire le grade de Rose Croix. Quatre années après son initiation il est expulsé par la franc-maçonnerie pour raison financière[4]. Le site maçonnique Cercle esthétique et philosophique wildien rapporte que la carrière maçonnique de Wilde était comme une seconde nature de son caractère et qu’il était fasciné par les degrés. En 1884 il épouse Constance Lloyd, fille d’un proche de la Reine. Constance Lloyd était une féministe (et oui, déjà à cette époque…). Elle était surtout une adepte du spiritualisme (en gros, des monothéistes adeptes du spiritisme), elle était également théosophe à la loge de l’Hermetic Society et devint une adepte de la Golden Dawn. En 1884, Wilde assistait à des conférences théosophiques avec sa femme. Oscar Wilde comptait parmi ses amis un certain Bram Stoker bien connu pour avoir écrit le roman Dracula. Les deux écrivains convoitèrent d’ailleurs la même femme en la personne de Florence Balcombe, connue car elle devint la femme de Bram Stoker mais aussi pour son combat contre la naissance d’un projet cinématographique qui s’intitule Nosferatu (1922). Le film s’inspirait librement du Dracula de son défunt mari. Pour la petite histoire, Bram Stoker était membre de la société secrète de la Golden Dawn[5].

C’est certainement en fréquentant le milieu des frères trois points et via ses accointances avec la Golden Dawn et autres sociétés secrètes que Oscar Wilde se tourne vers l’ésotérisme. Comme le rapporte Frédéric Lenoir, Wilde semblait s’adonner à des pratiques occultes, notamment en pratiquant le spiritisme. Wilde faisait tourner les tables[6].

Bref résumé du roman :

La première pièce de théâtre de Wilde (il en rédigea 9), Véra ou Les Nihilistes, contiendrait une référence à la franc-maçonnerie dans son premier acte (un échange de mot de passe entre conspirateurs)[7]. Mais c’est son roman Le Portrait de Dorian Gray qui reste son plus gros succès. Le livre raconte la descente aux enfers d’un jeune-homme qui souhaite avoir la jeunesse éternelle. Étant l’héritier de la fortune de ses parents et vivant dans une luxueuse demeure, Dorian est entouré par la bourgeoisie locale. Ses deux meilleurs amis sont Lord Henry Wotton, un homme marié qui s’adonne au libertinage, et un artiste peintre du nom de Basil Hallward. Ce dernier décide un jour de faire le portrait de Dorian Gray. Le jeune-homme est stupéfait du résultat, il prend conscience de sa beauté, panique et fond en larmes à l’idée de vieillir un jour. Perdu et désireux de ne pas prendre de rides, il vend son âme au diable afin de conserver sa jeunesse. « Ah ! si cela pouvait changer ; si c’était moi qui toujours devais rester jeune, et si cette peinture pouvait vieillir !… Pour cela, pour cela je donnerais tout !… Il n’est rien dans le monde que je ne donnerais… Mon âme, même !… (page 42) » dit-il en plein désespoir. Il semble que le diable l’entende car Dorian se laissera emporter par la luxure et le meurtre et découvrira au fil des années qui passent qu’il ne prend pas une ride. C’est son portrait qui portera les stigmates de ses péchés mais aussi de ses blessures et qui vieillira à sa place.

Nous avons vu plus haut qu’une pièce de théâtre de Wilde contenait des références maçonniques dans son premier acte. Le roman Le Portrait de Dorian Gray possède deux niveaux de lectures selon Mathieu Métayer, franc-maçon qui se dit aussi chrétien (ce qui est faux, nul ne peut être chrétien en appartenant à une loge maçonnique). Selon Métayer et son livre Une Lecture Maçonnique de Dorian Gray les deux niveaux de lecture sont simples à identifier : celui d’un profane pour le premier niveau (un non initié), et celui d’un initié dans les loges de la contre-église pour le second[8].

Pendant ses années de mariage, Oscar Wilde rencontre Alfred Douglas, fils du Marquis de Queensberry. Les deux hommes deviennent amants et affichent leur homosexualité au grand jour. Cette histoire donnera naissance au scandale de Queensberry. Wilde aura plusieurs procès et sera condamné à deux ans de travaux forcés pour homosexualité en 1895 alors qu’il résidait en Angleterre. Il est libéré de prison en 1897 et part s’installer en France où il se lie d’amitié avec un pédophile bien connu, André Gide[9]. Le 28 octobre 1900 Oscar Wilde se convertit au catholicisme et il décède le 30 novembre 1900 à l’âge de 46 ans à Paris.

 


 

Sources :

[1] : https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Portrait_de_Dorian_Gray#Adaptations

[2] : https://fr.wikipedia.org/wiki/John_Addington_Symonds

[3] – [4] : https://cercle-esthetique-et-philosophique-wildien.com/2013/07/11/oscar-wilde-et-la-franc-maconnerie/

[5] : https://noaches.info/arminvambery/

[6] : https://www.fredericlenoir.com/grands-entretiens/le-grand-retour-de-lesoterisme/

[7] : https://www.hiram.be/blog/2009/08/20/oscar-wilde-franc-macon/

[8] : https://books.google.fr/books?id=3gUqDwAAQBAJ&pg=PT15&lpg=PT15&dq=le+portrait+de+dorian+gray+the+picture+of+dorian+gray&source=bl&ots=iBHfKpyajp&sig=d9SSDy6-p2t9TaxO4HlqE5NJc6I&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjj-q-PlozaAhVMCCwKHdvLBo0Q6AEImQEwBg#v=onepage&q=le%20portrait%20de%20dorian%20gray%20the%20picture%20of%20dorian%20gray&f=false

[9] : https://fr.wikipedia.org/wiki/Oscar_Wilde#Apr%C3%A8s_sa_lib%C3%A9ration_de_prison