L’actuel propriétaire du club d’Everton, Farhad Moshiri, en Angleterre a récemment déclaré que Romelu Lukaku avait quitté le club suite à un message d’un prêtre vaudou qui lui prédisait de se rendre à Chelsea.

Finalement l’attaquant a été transféré à Manchester United et non à Chelsea. Mais cette déclaration a rappelé que dans le football africain beaucoup de joueurs ont recours à la pratique de la sorcellerie vaudou. Benjamin Diboué, footballeur camerounais révélait que :

«Pendant le match, lorsque j’avais le ballon, les joueurs de l’équipe adverse qui venaient me faire barrage, voyaient le serpent. En lieu et place du ballon. Ça dépend des totems, lorsque ton totem est le tigre, les joueurs adverses voient le tigre devant eux. C’est cela le football. Tu ne peux rien sans cela. […] J’ai toujours une chaîne autour du cou. C’était mon totem. Certains footballeurs louent les cadavres à la morgue pour faire des pratiques à la veille des matches. D’autres trempent leurs maillots dans les urines traitées par des sorciers pour jouer au football»

Lors de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) le joueur sénégalais Ibrahima Ndiaye avait jeté un sort à l’équipe adverse en déposant un cadavre de chauve-souris dans leur camp. Sort qui n’a pas ramené la victoire au Sénégal.

En 2015 toujours pendant la CAN le ghanéen André Ayew avait pratiqué un rituel vaudou en saupoudrant le terrain d’une poudre blanche. Mais ce rituel n’a pas non plus apporté la victoire au Ghana puisque la Côte d’Ivoire s’est imposée.

Ce genre de rituel n’est pas seulement pratiqué en Afrique. Avant un match de Ligue des Champions entre le club de Chakhtior d’Astana (Kazakhstan) et le Celtic Glasgow un mouton avait été égorgé. Un sacrifice rituel toujours pratiqué malgré une mise en garde de l’UEFA.

L’actuel propriétaire de l’Olympique de Marseille, l’américain Frank McCourt, consultait également un sorcier russe lorsque ce dernier était propriétaire du club de baseball des Dodgers. Il payait le sorcier afin que ce dernier envoie des ondes positives à ses joueurs. La facture s’élevait à un montant à six chiffres.

L’ancien président de l’OM, Pape Diouf, ex-enseignant mais aussi ex-agent de joueur, déclarait que certaines équipes ont un budget voté et alloué pour les pratiques ésotériques comme le vaudou.