L’église d’État de Suède (qui est protestante) demande à son clergé de ne pas appeler Dieu par « lui » ou « Seigneur » car ce n’est pas neutre au niveau du genre.

Cette révolution n’est pas étonnante, puisque tout le monde doit se mettre au diapason afin de faire avaler la pilule gender il est « logique » que les courants religieux s’y mettent. D’ailleurs, l’église de Suède est allée plus loin, elle a récemment adopté son livre liturgique inclusif. L’église protestante dit vouloir lutter contre un monde trop patriarcal.

Dans le « missel », « Lui », « Il » ou encore « Seigneur » seront remplacés par « Dieu » qui est plus neutre, selon l’église d’État. Et voici la preuve que l’écriture inclusive était dans les cartons bien avant 2017, l’« archévêquesse » Antje Jackelén déclarait que : « L’idée que nous avons besoin d’une langue plus inclusive existait déjà pendant les travaux préparatoires pour le manuel de 1986. Théologiquement, par exemple, nous savons que Dieu est au-delà de nos déterminations de genre, Dieu n’est pas humain. » Comment se servir de Dieu à tort et à travers pour convaincre des fidèles qui suivront le mauvais berger.

Depuis que François Bergoglio a célébré les 500 ans de la réforme protestante, l’église de Suède s’est rapprochée du Vatican. Rappelons que le Vatican appelle à l’unité entre les chrétiens de différents courants et qu’ils ont officialisé la chose en intronisant une statue de Luther au Vatican. Nous approchons de plus en plus d’une fusion de toutes ces «religions» pour n’en faire qu’une. Apparemment, cette religion fera dans l’écriture inclusive, c’est en tout cas ce qui se profile.

Source : GlotiaTV et RéinformationTV