Le football est très certainement le sport le plus populaire. En plus de générer des idoles il brasse des sommes astronomiques. Tout comme en politique, la vie footballistique est régulièrement ponctuée de scandales : corruption, trucage, mœurs dépravées… Mais d’où vient ce sport ? Qui en est à l’origine ? Nous verrons ensemble que derrière cette scène de spectacle bien mise en scène se cachent des coulisses guère flamboyantes.

Aux origines du « jeu de balle »

A l’origine ce sport était pratiqué par les chinois (le cuju) au IIe siècle avant Jésus-Christ, mais aussi par les japonnais pour que les soldats gardent une bonne condition physique. Dans la pratique de ce sport nous retrouvons également les Mayas (le pits pour le maya classique, ou le pok’ol pok pour le maya yucatèque).

Chez les Mayas deux équipes s’affrontaient et celle qui remportait la victoire devait décapiter son chef pour l’offrir en sacrifice aux dieux. Les sacrifices de sang étaient habituels pour ce peuple écrasé par leurs élites qui célébraient des rituels sacrificiels à tour de bras. Mais pour les mayas ce jeu de balle n’était pas une distraction. Au contraire, cette pratique avait tout de religieux. Voici un extrait de l’article Wikipédia sur la question :

En effet, le jeu de balle était avant tout un rite symbolisant la cosmogonie méso-américaine : la trajectoire de la balle correspondait à la course du soleil qui ne devait pas s’arrêter ; les anneaux de pierre servant de cibles, le plus souvent disposés à l’Est et à l’Ouest, représentaient le levant et le ponant. Le terrain, lui, représentait la plate-forme terrestre séparant le Monde Supérieur (le ciel) de l’Inframonde (semblable aux Enfers), où l’homme doit lutter contre les forces des ténèbres pour rejoindre, avec le soleil, le Monde Supérieur (cf. ci-dessous le mythe fondateur raconté dans le Popol-Vuh). D’une manière générale, la pratique cérémonielle du jeu de balle servait à révéler la volonté des dieux : pour trancher des débats voire des conflits politiques (le terrain du jeu de balle servait également de forum social), et pour, en cas de problème (agricole en particulier), donner des indices d’ordre divinatoire aux prêtres, qui suivaient le jeu avec attention pour en déchiffrer les signes.

De plus, ces cérémonies se terminaient systématiquement par la décapitation de l’équipe perdante ou du moins de son chef (à ce titre on comprend pourquoi c’étaient des prisonniers de guerre qui participaient le plus souvent à cette pratique rituelle) : ce sacrifice visait clairement à invoquer l’aide des dieux, le sang versé pouvant qui plus est être rattaché à la fertilisation des terres. Il existait même une structure, le tzompantli (ou autel de crânes), servant à recueillir les offrandes de ces têtes tranchées, exposées sur de longues traverses de bois.

Selon certains historiens, ce sont les vainqueurs du jeu qui étaient sacrifiés aux dieux, puisque cet acte était un honneur suprême.

Rappelons que la bête, le démon, demande du sang et des âmes. Les élites de ce peuple maya chapeautés par leurs « prêtres » (plutôt des sorciers) pratiquaient de nombreux sacrifices de sang, parfois durant toute une journée, afin d’en recevoir des récompenses. Le sang coulait à flot et les rituels célébrés étaient particulièrement atroces.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les romains ont eux aussi joué au foot. Bien plus tard ce sont les anglais (1174) et les français (1147) qui pratiquaient « la soule » à l’instar des italiens de Florence aux alentours du XIVe siècle. A savoir que la ville de Florence abritait à cette époque des libres penseurs, des philosophes ainsi que des artistes résolument anti-chrétiens. Ce n’est qu’à la fin du XVIIe siècle que le football devint peu à peu celui que nous connaissons.

Les origines maçonniques du football

La freemason’s Tavern

Ce sont les anglais qui l’initièrent et en firent un sport dans lequel il était possible de devenir professionnel il y a 154 ans, en 1863. C’est à cette date que la fédération anglaise naissait à la Freemason’s Tavern. Ce sont des francs-maçons qui codifièrent le football en inventant les 13 lois (ou commandements) du football. Un certain Ebenezer Cobb Morley, avocat et footballeur du club de Barnes, rédigea une lettre qu’il envoyait au journal sportif Bell’s Life dans laquelle il proposait la création de la fédération anglaise (FA). Mais il semblerait que c’est plutôt vers 1850 que le football prenait naissance et que l’origine chinoise qu’on lui prête n’est qu’une douce histoire qui sert de prétexte pour cacher les véritables intentions de l’invention du football. Voici quelques extraits d’un article d’une revue qui se nomme Undercover (le numéro 26) :

Taper dans la tête du danois » était un jeu en faveur chez les enfants anglais qui s’amusaient à shooter dans les crânes des danois abandonnés sur les champs de bataille. On prétend que ce jeu de balle vient de Chine, ce qui laisse entrevoir une réminiscence atlante.

Le moderne football a été élaboré vers 1850 par une loge de francs maçons occultistes britanniques. L’histoire de la Franc-maçonnerie anglaise a enregistré le lieu et la date de cette invention, mais cela demeure confidentiel.
On préfère alléguer une origine asiatique pour passer sous silence la curieuse configuration du jeu, avec ses règles particulières, les proportions de l’espace, ses nombres symboliques, etc.
 
Il s’agit en réalité d’un espace rituel où chaque élément de l’ensemble a été pensé en vue d’une opération sacrificielle. L’impact psychologique du jeu sur les foules, sa capacité à galvaniser les instincts primaires en générant une émotion collective qui devient colossale lorsque la partie est médiatisée, tout cela n’est pas venu par hasard, à moins d’ignorer la science ésotérique dont disposaient les inventeurs du football.
Le pentagramme qui orne la boule de cuir figure l’âme humaine, car c’est dans cette figure géométrique que s’inscrit l’étoile à 5 branches, symbole de l’âme illuminée – « l’étoile flamboyante » des pythagoriciens. Voyez dans quoi on tape avec la partie la plus inférieure du corps! Le jeu dépend uniquement de l’usage mécanique des pieds, et la noble main est totalement évacuée. Tout se déroule pour focaliser la conscience sur le bas, sur la partie la plus ahrimanienne du corps – les jambes, qui sont l’instrument du démonisme mécanique.
On tape du pied dans une sphère représentant le ciel et la tête. On cogne agressivement dans le pentagramme qui symbolise l’âme, tout en s’interdisant l’usage des membres supérieurs, évacuant ainsi l’intelligence au profit de l’instinct le plus primitif.
 
Ce raffinement inversé prédispose ceux qui participent au rite à aligner leur conscience sur une même fréquence instinctive. Il y a une jouissance inconsciente à voir une sphère heurtée par le pied, comme une profanation libérant une ferveur sexuelle. Il faut entendre le râle qui monte des foules accrochées au mouvement du ballon, pour se convaincre que l’on est en présence d’un sacrifice, d’une opération magique ténébreuse. Tout ce qui est de l’ordre de la pensée individuelle est totalement éliminé. Et c’est cette communion sur la fréquence collective la plus basse que les masses apprécient. Le football est une fusion primitive.
 
Tout ceci se déroule sur le tapis vert de la nature illuminé de soleils artificiels. Chacun peut laisser libre cours à son instinct bestial, éructant, hurlant, injuriant, dans un dégagement libérateur amplifié démesurément par la foule. Au moment du Mondial, un milliard d’êtres vibrent ensemble sur une fréquence instinctive dépersonnalisée. C’est un phénomène prodigieux, unique dans l’histoire de l’humanité.
 
Il faut évidemment s’interroger sur le but ultime de cette opération magique qui unifie le genre humain dans une même ferveur sacrificielle. C’est l’âme individuelle qui est ici sacrifiée pour la satisfaction de l’instinct de la masse.
Cette description ésotérique du football n’est pas sans rappeler ce que raconte l’auteur de comic book Alan Moore (adorateur de Glycon et sorcier) à propos de la magie (extrait du livre « Le monde occulte des comic books») :
 
« À l’origine toutes les facettes de notre culture, que ce soit
des arts ou des sciences, appartenaient aux shamans. Le fait
qu’à notre époque ce pouvoir magique ait dégénéré et soit
devenu un simple divertissement et une manipulation est à mon
avis une tragédie. En ce moment les gens qui utilisent le
shamanisme et la magie pour influencer notre culture sont des
publicitaires. Plutôt que d’essayer d’éveiller la conscience des
gens, leur shamanisme est utilisé comme opium pour les
tranquilliser et les rendre plus malléables. Avec leur boîte
magique, la télévision, et leurs mots magiques, leurs slogans,
ils arrivent à ce que tout le pays pense aux mêmes mots et aux
mêmes choses banales, exactement au même moment »
Pour le reste, la franc-maçonnerie tente de se cacher autant qu’elle peut. Il est difficile de donner des noms de francs-maçons ayant codifié le foot. Mais que le football moderne prenne naissance à la Freemason’s Tavern reste malgré tout une information importante. Comme dans beaucoup d’histoire, la franc-maçonnerie laisse des traces même si il est parfois difficile d’affirmer sa présence. Néanmoins, et ce n’est pas chose rare dans l’histoire du monde moderne, elle est toujours citée. Ceci étant nous pouvons retracer la présence de francs-maçons dans la création de certains clubs de football bien connus comme Manchester City ou encore Liverpool. Bien souvent les propriétaires de ces clubs sont les patrons d’une entreprise qui brasse beaucoup d’argent et il est de bon goût de rappeler qu’être patron d’une grosse entreprise sans être maçon est quasiment exclu.
 
Anfield Lodge

Voici plusieurs exemples en commençant par John Houlding, le fondateur du club de Liverpool qui était franc-maçon (également protestant) initié à la loge Anfield (Anfield Lodge). Le premier manager du club fut John McKenna, membre de la Cecil Lodge. Le club de Manchester City, rival de Manchester United, est aussi un club maçonnique. Il fut sauvé de la faillite en 1884 par des francs-maçons locaux. Joe Mercer, joueur pour Everton et Arsenal fut initié à la Rivacre Lodge en 1941. Alf Ramsey qui fut joueur de football,entraineur et sélectionneur de l’équipe d’Angleterre était aussi franc-maçon. En 1974 il fut remplacé à la tête de la sélection anglaise par Joe Mercer. Mercer fut remplacé par Don Revie également franc-maçon initié en 1965 dans la Leodiensis Lodge alors qu’il était le coach du club Leeds United. Ron Greenwood, lui aussi joueur puis entraineur ainsi que sélectionneur de l’équipe d’Angleterre fut initié en 1956 à la London at the Lodge of Proven Fellowship. L’équipe d’Ecosse était autrefois aussi connue sous le nom « The team of the Macs » (l’équipe des maçons). Le football moderne s’est exporté au travers de l’Europe et du monde via des riches industriels mais aussi des banquiers. Le genre de personne qui aime marcher sur le sol en damier noir et blanc des loges de la contre-église.

Pour ce qui est de la France il faut savoir que les francs-maçons français sont beaucoup plus frileux que leurs homologues britanniques lorsqu’il s’agit de révéler leur appartenance à la maçonnerie. Même si de nombreux travaux ont permis de démasquer certains frères trois points et que de nos jours certaines personnes bien placées se revendiquent de la franc-maçonnerie, nous n’avons cependant pas beaucoup d’informations sur la franc-maçonnerie et le championnat français, à l’exception de quelques exemples que voici. Frédéric Thiriez fut le président de la LFP (ligue de football professionnelle) de 2002 à 2006. Jusque dans les années 1990 il était affilié au Parti Socialiste et il est avocat au Conseil d’État et à la Cour de cassation depuis 1990. Il a été membre, à partir de 2009, du Conseil de l’ordre des avocats au Conseil d’État et à la Cour de cassation. On dit de lui qu’il est « un homme de réseau ». C’est le journal Le Monde qui révèle son appartenance à la franc-maçonnerie dans un article dont voici l’extrait :

Frédéric Thiriez, avocat, président de la LFP, franc-maçon, se produit aussi sur scène pour chanter de l’opérette. Il refuse les déjeuners pour aller nager chaque midi à la piscine du Fouquet’s.

Nul doute que bien d’autres personnages du football français sont francs-maçons mais en l’absence de preuves concrètes il est tout de même difficile de l’affirmer. Le président de l’Olympique Lyonnais Jean-Michel Aulas est accusé d’appartenir à la franc-maçonnerie. C’est l’agriculteur Philippe Layat qui le révélait dans un article de la revue sportive So Foot :

Il fait partie de la franc-maçonnerie et ces gens-là ne reculent devant rien, pas même la loi. Ils trouveront de toute manière toujours moyen de la contourner ou de la modifier

Voici un article d’Egalité et Réconciliation sur l’affaire de Philippe Layat :

Philippe Layat résiste depuis sept ans à l’expropriation de ses terres par le Grand Lyon et l’OL-Group, la société de l’Olympique lyonnais, en vue de la construction du pharaonique Stade des Lumières qui viendra remplacer l’ancien stade de Gerland.

Quatre-vingts agriculteurs étaient dans son cas, ce céréalier et éleveur de moutons de 59 ans est le dernier à résister pour sauver la terre que sa famille cultive depuis plus de quatre-cent ans.

Pour la construction d’une route qui mènera au futur OL-land soutenu par les pouvoirs publics en vue de l’Euro de football en 2016, le Grand Lyon impose à cet agriculteur de Décines-Charpieu (Rhône) le rachat d’une partie de ses terres, soit 9 hectares, à 1 € le mètre carré pour des terres qui en valent plus de 300 fois le prix. Ce qui revient donc purement et simplement à du vol, d’autant plus qu’autour du grand stade, des terrains font l’objet d’une forte spéculation et sont déjà montés jusqu’à 300 euros le mètre carré.

Son avocat a déposé plus de dix recours, jusqu’au conseil constitutionnel, mais toutes les requêtes ont été déboutées et des bulldozers son entrés sur son champ, encadrés par des forces de police, le 1er septembre dernier, alors même que la cour administrative d’appel avait annulé en mai dernier la déclaration d’utilité publique qui autorise les expropriations. Le Grand Lyon a malgré tout commencé les travaux sur le terrain de Philippe Layat sous prétexte qu’un pourvoi en cassation devant le Conseil d’État avait été déposé et que, par conséquent, la décision n’était pas définitive.

Par ailleurs, le jour du début des travaux, l’agriculteur a passé, pour la troisième fois, une nuit en garde à vue. En soutien à leur collègue, des paysans de la Confédération paysanne du Rhône, accompagnés de leurs moutons, ont occupé les locaux du Grand Lyon le 1er octobre.

Alors qu’un jugement était attendu le 21 octobre, on apprenait que le juge en charge des expropriations, près de Tribunal de grande instance (TGI) de Lyon avait rendu son jugement le 7 octobre. Ce dernier a débouté Philippe Layat, qui demandait l’annulation de l’ordonnance d’expropriation le concernant. Une semaine plus tard, le juge en charge des expropriations rendait un avis favorable à la poursuite des travaux sur les terres confisquées au paysan. Philippe Layat, soutenu par un groupe Facebook qui rassemble déjà plus de 200 000 personnes, est convoqué une nouvelle fois au commissariat de Bron, le 3 novembre prochain…

A noter que l’agriculteur a bel et bien perdu sa bataille. De plus, alors qu’il protestait publiquement contre la construction de cette route qui mène au nouveau stade de l’Olympique Lyonnais, il fut tabassé chez lui par trois individus en 2015.

Ces méthodes sont bien les méthodes crapuleuses de la franc-maçonnerie. Eux qui détestent la France agricole et qui préfèrent voir prospérer leurs business. Eux qui méprisent le petit peuple. L’un des surnoms du nouveau stade de l’OL est bel et bien « le stade des lumières ». A savoir que Lyon est le carrefour européen de la franc-maçonnerie. Une capitale européenne de la franc-maçonnerie. Le président du club de foot Jean-Michel Aulas est lui aussi présenté comme un homme de réseau. Voici l’extrait d’un article de L’Express Expansion :

La région Rhône-Alpes a une culture ancestrale du réseau. Lyon est la capitale de la franc-maçonnerie française depuis le XVIIIe siècle. Parmi ses plus éminents représentants actuels, le maire, Gérard Collomb, qui a révélé son appartenance au Grand Orient lors des dernières municipales, suivi par quatre de ses adjoints, Jean-Louis Touraine, Yvon Deschamps, Jean-Michel Daclin et Thierry Braillard. Saint-Etienne n’est pas en reste, avec près de trente loges et 1 000 membres.

Mais, aujourd’hui, le foot lui vole la vedette. A Lyon, le meilleur réseau est le stade Gerland, avec son club des 100. Les loges réservées aux parrains de l’Olympique lyonnais sont l’endroit idéal pour croiser Michel Mercier, Jean-Jacques Queyranne et Jean-Michel Aulas. A Saint-Etienne, le président de l’AS, Bernard Caiazzo, a mis en place le club 42 pour réunir tout ce que la ville compte de personnes influentes. Grenoble, de son côté, se la joue plus techno, mettant ses cerveaux en réseau, autour de l’école Polytechnique.

Les moeurs dépravées de la planète football

Régulièrement moqué par l’humoriste Julien Cazare, Jean-Michel Aulas, 68 ans, avoue que sa grande faiblesse « sont les femmes ». L’humoriste le tacle souvent lors de ses passages hebdomadaires dans l’émission J+1. Les blagues sur le président de l’OL sont tellement récurrentes qu’il est possible de penser que ce dernier, comme les autres francs-maçons, se laisse un peu (trop) aller avec les femmes. Julien Cazarre appuie même souvent lors de son passage à J+1 en disant qu’Aulas aime particulièrement les jeunes femmes. La gardienne Hope Solo qui jouait en sélection nationale avec les USA fut également la gardienne des cages de l’Olympique Lyonnais. Récemment elle déclarait ceci :

Twitter est le nouveau Tinder pour le président de Lyon Jean-Michel Aulas. Il a utilisé le petit oiseau bleu pour recruter Alex Morgan, avec seulement 140 caractères. Quand Aulas m’a embauché il y a douze ans, il a envoyé un pigeon voyageur

Il faut savoir que Tinder est un site de rencontre. Le président de l’OL était électrisé par Daniel Cohn-Bendit lors de mai 68 comme le révèle cet article de Capital :

Son Mai 68 agité. Alors que la révolte étudiante gagne le pays, Jean-Michel Aulas saute dans sa Fiat 500 avec un copain pour aller écouter à Paris les harangues de Daniel Cohn-Bendit. Le slogan «Il est interdit d’interdire» l’électrise. Ses anciens camarades de BTS informatique se souviennent de lui comme du «plus marrant et [du] plus sportif» de la promo, mais aussi comme de l’un des plus engagés. Délégué de l’Unef, il se découvre à l’époque des talents de meneur et anime les réunions enfumées des amphis lyonnais.

Outre les affaires de Jean-Michel Aulas avec les femmes dont nous ne savons finalement pas grand chose il est de bon de rappeler que le milieu du football traine quelques casseroles en matières de moeurs déparavées. Plusieurs footballeurs ont baigné dans des histoires louches comme le footballeur Loïc Rémy, accusé pendant un temps d’avoir drogué une jeune femme puis de l’avoir violé avec des amis sous l’objectif d’une caméra. C’est également le cas du joueur brésilien Brandao qui fut accusé de viol sur une femme en sortie d’une boite de nuit d’Aix-en-Provence. Les joueurs Bafétimbi Gomis et Yohan Benalouane ont également été les cibles de ce genre d’accusation. Tous ont été blanchis. Il existe évidemment le scandale de l’affaire Zahia, âgée de 17 ans au moment des faits, dans lequel des footballeurs français de renoms ont été mêlés : Franck Ribéry, Karim Benzema et Sydney Govou. C’est un homme prénommé Abou qui était soupçonné d’être le proxénète. Le milieu du football n’échappe pas à la règle : du moment que vous avez de l’argent vous avez du pouvoir. Vous pouvez donc commander ce que vous voulez, y compris des jeunes femmes, des femmes ou des enfants. A noter également, la disparition de deux enfants en 2012 retrouvés noyés dans la piscine du joueur du Stade de Reims Floyd Ayité.

Le journaliste Frédérique Sévérac a donné une interview sur les joueurs de l’équipe de France qu’il suivait pendant de longs mois. En voici quelques extraits :

[…]Ils ont quand même 25 ans de moyenne d’âge, ce ne sont plus des post-adolescents…

Oui, mais ce sont des garçons. Prenez quatre jeunes adultes dans un café un samedi soir, ils ne vont pas se parler de Hegel… Il y a aussi la dimension enfermement, spécifique au sport de haut niveau. C’est une vie de colo, voire de casernement, où la vue de la fille est sporadique. Quand on les lâche dans la rue, ou dans les clubs, au milieu de la gent féminine, cela donne vite lieu à des torticolis.

Enfin, ils appartiennent à une génération qui a grandi dans la culture du rap et du stand up avec ses battles et ses vannes en série. Ils peuvent partir dans des délires d’ados attardés pendant dix minutes et donner le change face aux médias l’instant d’après. Tous, presque sans exception, vivent dans cette espèce de schizophrénie. Hugo Lloris, le capitaine de l’équipe, par exemple, est bien moins lisse en privé qu’il ne le laisse apparaître en conférence de presse.

Le sexe, dites-vous, est omniprésent dans leur vie. Pourtant, ils ne sont pas si nombreux en France à avoir trempé dans des affaires de mœurs : M’Vila, Ribéry, Benzema, Govou…

Et tous ceux dont la presse anglaise raconte les exploits : Giroud, Martial, Evra… Les histoires, en France, mettent du temps à sortir. On ne rentre pas dans la chambre à coucher, à moins que les actes ne soient répréhensibles. Mais, oui, les joueurs sont des obsédés. Le sexe est Leur principale préoccupation en dehors du football. Avec l’argent, et tout ce qui est lié à la réussite matérielle : la voiture, la montre, la chaîne hi-fi. Et ce n’est pas propre à cette génération. A la coupe du monde 2002, un étage de l’hôtel des Bleus était réservé à leurs bacchanales.

La seule différence entre les joueurs d’aujourd’hui et leurs prédécesseurs, c’est que les premiers abordent le sujet beaucoup plus librement. Je connais même des journalistes qui, en contrepartie d’une interview ou d’une info sur un entraînement à huis clos, ont dû fournir une escort à leur interlocuteur. D’une certaine manière, c’est un échange de bons procédés. Les journalistes sont débrouillards, et les joueurs ont l’habitude d’être assistés.

Autre extrait d’un article du journal sportif l’Equipe :

Pas seulement. Souvent incapables de résister à leurs pulsions et convaincus d’être intouchables, ils se mettent aussi eux-mêmes dans des situations aux conséquences dramatiques. «Les footballeurs sont des malades du cul. Mais quand tu essaies de les alerter pour les protéger, tu passes pour un ringard, raconte crûment un agent de premier plan. Combien de fois ai-je averti certains de mes joueurs sur les risques de chantage aux vidéos ou aux photos après des soirées, en particulier dans les cas de bisexualité non assumée.»

Pour ceux qui seraient passés à côté, sachez qu’un scandale a frappé le football anglais en fin d’année 2016. Un réseau pédophile sévit dans les écoles de formation de plusieurs gros clubs de football comme Chelsea.

Plusieurs personnes ont signalé des actes pédocriminels jusqu’en 2001 mais l’affaire n’a éclaté qu’en 2016. Certainement le temps de faire le ménage. Selon Le Monde «Des enfants âgés de 4 ans au moment des faits font partie des 429 victimes recensées dans le scandale de pédophilie qui secoue le football anglais, selon le dernier bilan publié par la police britannique, mercredi 21 décembre. Les différentes enquêtes à travers le pays concernent 148 clubs et 155 suspects, a révélé l’organisme de coordination des différentes polices régionale, le NPCC. La plupart des faits ont été commis il y a plus de vingt ans et 99 % des victimes sont des garçons, a précisé le NPCC

La franc-maçonnerie n’est pas connue pour être chaste, bien au contraire, en témoignent les affaires du Carlton de Lille dans laquelle pas moins de 11 francs-maçons, dont DSK, étaient impliqués ; mais nous pouvons aussi parler de la récente affaire Jean-Paul Dupré révélée par Amalek. Le football et notre société sont à l’image de cette secte, dénués de toute morale, coupables de tous les vices. Conséquence qui découle d’une certaine logique puisque les francs-maçons vivent avec les trois principes de la République : Liberté, Egalité, Fraternité. La Liberté dont il est question est aussi celle de se libérer des commandements de Dieu. Une fois libéré de ces commandements et surtout de la société chrétienne les francs-maçons ont pu instaurer un monde dans lequel l’argent et le sexe sont rois. Nous retrouvons donc au travers de cet article tout ce qui compose la franc-maçonnerie, à savoir l’ésotérisme et des moeurs sexuelles dépravées. Sans oublier que certaines stars de ce sport sont considérées comme étant de véritables dieux, on leur érige même des statues. Ce sont les idoles de notre monde moderne. Monde qui se retrouve hélas à l’époque de l’Ancien Testament. Qu’est-ce que les francs-maçons pouvaient inventer de mieux que l’industrie du spectacle pour occuper, endormir le peuple et tenter de remplacer Dieu ?


Sources :

http://fr.fifa.com/videos/y=2009/m=7/video=1863-taverne-freemasons-1083322.html

http://www.hiram.be/blog/2010/06/13/derriere-le-mondial-de-football-des-forces-maconniques-et-occultistes/

http://www.hiram.be/blog/2013/10/26/le-football-a-la-freemasons-tavern/

http://www.thefa.com/news/2015/oct/26/the-fa-152nd-anniversary

http://cahiersdufootball.net/blogs/teenage-kicks/2013/10/24/il-y-a-150-ans-le-football-naissait-22/

http://cahiersdufootball.net/blogs/teenage-kicks/2012/09/09/liverpool-et-everton-united-for-ever-14/

http://www.hiram.be/blog/2010/07/24/football-maconnique-2/

http://www.hiram.be/blog/2009/07/26/football-maconnique/

https://bouddhanar.blogspot.fr/2010/06/mondial-2010.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/Football

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jeu_de_balle_(M%C3%A9soam%C3%A9rique)

http://woolton.westlancsfreemasons.org.uk/2215-anfield-lodge/

http://www.lemonde.fr/sport/article/2008/02/13/frederic-thiriez-l-agent-du-foot_1010800_3242.html

http://www.sofoot.com/philippe-layat-dans-l-os-190014.html

https://www.egaliteetreconciliation.fr/Philippe-Layat-agriculteur-exproprie-pour-la-construction-du-nouveau-stade-de-Lyon-28785.html

http://www.sudouest.fr/2015/12/25/philippe-layat-l-agriculteur-oppose-au-grand-stade-de-lyon-tabasse-chez-lui-2227726-766.php

https://www.footlegende.fr/hope-solo-messi-neymar-aulas-14516

http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/rhone-alpes-foot-social-et-maconnerie_1337618.html

http://tempsreel.nouvelobs.com/sport/euro-2016-football/20160512.OBS0318/football-les-joueurs-de-l-equipe-de-france-sont-des-obsedes.html

https://www.lequipe.fr/Football/Article/Sexe-et-foot-les-liaisons-dangereuses/791110

http://www.capital.fr/entreprises-marches/les-petits-secrets-de-jean-michel-aulas-president-de-l-olympique-lyonnais-745715

http://www.dhnet.be/buzz/sports/livre-polemique-sur-le-sexe-dans-le-foot-j-adorais-defoncer-une-fille-en-chanel-54c74d1e35701f354361d83f

http://www.lemonde.fr/sport/article/2016/12/21/pedophilie-dans-le-football-anglais-429-victimes-agees-de-4-a-20-ans_5052452_3242.html

http://www.sudouest.fr/2012/06/27/les-enfants-s-etaient-noyes-dans-la-piscine-754690-2868.php

http://www.sudouest.fr/2012/06/27/la-piscine-du-drame-d-eysines-appartient-a-l-ancien-joueur-des-girondins-floyd-ayite-755257-2868.php