Cet article est tiré de mon ancien site supprimé par l’hébergeur e-monsite pour des plagiats inexistants. Il est ici republié dans son intégralité.

Récemment Paul-Éric Blanrue publiait le très attendu «Apocalypse France : La France maçonnique, saison 1». Annoncé depuis quelques temps déjà et financé par les internautes, le documentaire avait pris du retard, car d’après Blanrue, le projet est ambitieux, il demande donc du temps. Vers la fin du mois de novembre la vidéo est enfin publiée, pour quelques euros il est possible de la visionner ou de l’acheter.

Il était attendu ce documentaire, dès la parution de la bande-annonce cette attente s’était même intensifiée. Enfin un documentaire sur la franc-maçonnerie tourné par une personne de la sphère dissidente. Nous étions en droit d’attendre enfin des éclaircissements sur cette secte qui se regroupe secrètement afin de se faire le métronome de la France. Une fois que le documentaire est publié le verdict tombe rapidement, il est très bien filmé, le montage est bon, le son est excellent et la musique de grande qualité. Bien, mais qu’en est-il du contenu ? Il suffit de jeter un simple coup d’oeil au résumé qui accompagne le DVD :

« Unique en son genre, ce film explore l’influence de la franc-maçonnerie dans l’histoire de France, de la Révolution à nos jours.

Cette influence est-elle positive ou négative pour la destinée du pays ? La F.’. M.’. est-elle un cercle de pensée, un lobby, un réseau parallèle pour affairistes sans scrupule – voire une secte ?

Afin que chacun puisse se forger sa propre opinion sur cette association opaque, aux buts étranges et au symbolisme mystérieux, les réalisateurs ont tenu à montrer, sans tabou ni parti pris, le rôle joué par cette société secrète dans la vie politique, culturelle et économique de la République en prenant l’avis d’experts les plus divers, maçons notoires ou anti-maçons engagés. Une première dans l’histoire !

Que veut vraiment la franc-maçonnerie : se défaire des dogmes ou créer un dogme nouveau ? Est-elle la “religion de la République” comme l’a déclaré Vincent Peillon ? Pourquoi est-elle opposée à l’Église catholique, comme l’a démontré la scandaleuse “affaire des fiches” ? Pourquoi certaines villes comme Paris sont-elles parsemées d’édifices maçonniques ? La maçonnerie est-elle responsable du déclin de la France ?

Pour répondre à ces questions et à bien d’autres, l’historien Paul-Éric Blanrue et le réalisateur Julien Teil sont partis à la rencontre des grands acteurs de cette nébuleuse sur laquelle on a écrit tout et son contraire, sans toujours prendre soin de vérifier les sources.

Cette fois, de grands spécialistes de la question (de toute tendance philosophique) sont interrogés, comme Jean Solis, Pierre Hillard ou Stéphane Blet. Des personnalités maçonniques de premier plan, comme le Grand Maître de la Grande Loge nationale française, Jean-Pierre Servel, répondent à leurs questions sans concession. Des maçons, d’anciens maçons et des intervenants exceptionnels tel l’humoriste Dieudonné, témoignent de ce qu’ils ont vu dans les loges, de ce qui les a charmé et de ce qui leur a déplu. Le haut fonctionnaire Jean-Yves Le Gallou raconte comment il s’est sorti d’une cabale maçonnique menée contre lui. Une partie du film, fondée sur les archives spéciales du défunt documentaliste Emmanuel Ratier (dont c’est la dernière apparition filmée), concerne l’aspect le plus méconnu et trouble de la maçonnerie : celui des Fraternelles, ces superstructures ultra-secrètes permettant à des affairistes de faire du bizness crapuleux.

Quel est le secret de la maçonnerie ? Ce film sans préjugés tente de répondre à cette épineuse question qui traverse l’histoire de France et ne laisse personne indifférent.« 

Dès le troisième paragraphe le ton est donné « Afin que chacun puisse se forger sa propre opinion… les réalisateurs ont tenu à montrer, sans tabou ni parti pris, le rôle joué par cette société secrète dans la vie politique, culturelle et économique de la République en prenant l’avis d’experts les plus divers, maçons notoires ou anti-maçons engagés. Une première dans l’histoire ! ». Forgez-vous votre opinion, ne vous attendez pas à des réponses. « Une première dans l’histoire ! », une première dans l’histoire ? Absolument pas, des documentaires diffusés sur France 2 ou France 5 sont tout aussi dénonciateurs… Le problème de ce documentaire c’est justement qu’il n’a pas de parti pris, jamais Blanrue ne s’oppose aux Lumières, il leur laisse d’ailleurs un temps de parole conséquent mais ceci est justifié dans le documentaire par une simple phrase « laissons les francs-maçons parler de la franc-maçonnerie« . Bonne idée, si le temps de parole avait été équitablement partagé entre ceux qui dénoncent ces crapules et ces fameux francs-maçons, mais il n’en est rien, le maitre de la GLNF Jean-Pierre Servel et Jean Solis ont un temps de parole conséquent, qui va bien au-delà du temps de parole offert à Pierre Hillard ou encore à Emmanuel Ratier.

La première chose qu’aime faire la franc-maçonnerie, c’est rester discrète, et pour se faire, elle reste très vague lorsqu’on la questionne sur ses différents rites initiatiques ou sur l’influence qu’elle exerce, par exemple, sur les tribunaux mais encore sur le vote des lois comme le récent mariage pour tous. Elle se cache et botte souvent en touche en prétextant que non, ces fraternités n’agissent jamais sur les décisions politiques. Par contre elle aime marteler qu’elle compte dans ses rangs de grands hommes, grands hommes qui ont par ailleurs bien souvent oeuvré dans des questions politiques. Quand ça l’arrange, la franc-maçonnerie joue un rôle et quand ça ne l’arrange pas, elle n’en joue pas. Pratique quand on sait que la plupart des français se moquent éperdument de cette secte et qu’ils se fichent de savoir que les milieux les plus représentés dans les obédiences sont les secteurs de la justice et de la vie politique française. Pour faire bref, Jean-Pierre Servel et Jean Solis, tous deux francs-maçons, ont largement le temps de semer le trouble puisque leur temps de parole dans le documentaire est plus important que celui offert aux autres protagonistes. À l’arrivée les questions posées dans le résumé du documentaire ne trouvent finalement pas de réponse. Autre fait important, la franc-maçonnerie recule lorsqu’on évoque la révolution de 1789, pour Servel et les frères la truelle ils n’ont rien à voir dans le renversement de la monarchie et les massacres de cette époque sanglante, se désolidarisant même de Vincent Peillon qui avouait clairement dans son livre que la franc-maçonnerie voulait éradiquer le catholicisme pour instaurer une religion d’état, le religion de la république.

Le passage de Dieudonné n’apporte rien au documentaire, si ce n’est qu’on comprend que Paul-Éric Blanrue aime tourner avec ses amis. Les témoignages de Stéphane Blet sont moins intéressants que son interview donnée à la Taverne des Pirates, seul le passage d’Emmanuel Ratier pimente le documentaire, et je crois malheureusement qu’il fut utilisé à cet effet, afin de ne pas donner trop de place à la franc-maçonnerie il fallait bien un léger contre-poids. Mais il ne suffit pas, ce documentaire pourrait largement être diffusé sur TF1, il est plat, sans révélations et surtout très douteux si on se penche encore une fois sur le temps de parole donné à ces frères, temps de parole, qui ternit complètement le documentaire et nous livre une oeuvre presque pro-maçonnique. J’en oublie le passage de Pierre Hillard, malheureusement ce grand monsieur n’a qu’un très court temps de parole. Pourquoi ne pas donner plus de temps à ces gens ? Et bien justement parce que Pierre Hillard et Emmanuel Ratier auraient tout simplement détruit la franc-maçonnerie si on les avait laissé s’expliquer un peu. Le but d’un documentaire sur la franc-maçonnerie émanant de la sphère dissidente ne serait-il pas de cogner cette secte ? Normalement si, surtout avec des intervenants comme Hillard ou Ratier. Hélas le documentaire est plein de réponses plates et vides d’intérêts, à aucun moment la société secrète n’est mise à mal alors qu’il aurait été possible de parler de la loge P2, du scandale de l’affaire du Carlton avec DSK et des 11 francs-maçons impliqués dans le dossier, de l’implication des francs-maçons dans l’affaire d’Outreau, de la longue liste de francs-maçons condamnés par la justice, du génocide vendéen, de la loi sur l’avortement… Mais non, on s’attarde bêtement sur des symboles en début de documentaire, ponctué d’explications ou de définitions vaseuses puis on laisse planer le doute quant à l’influence de la secte sur les décisions politiques.

La France maçonnique est tellement vide qu’il faut bien un minimum en faire sa promotion, et ces derniers temps le passage d’Emmanuel Ratier sur les fraternelles est largement partagé sur les réseaux sociaux, et bien ce court passage suffit à lui seul si vous cherchez un peu de croustillant dans le documentaire. Ce n’est pas faire honneur à la mémoire de cet homme que de lui donner un temps de parole aussi court, surtout si on connait l’étendue de son travail sur la question des réseaux occultes. Cet extrait officiel attirera certainement les regards mais ne comblera probablement pas la personne qui cherche enfin un documentaire qui dénonce correctement la franc-maçonnerie. Alors oui, le documentaire est bien filmé, certains plans sont jolis, la musique est composée pour les besoins du film, mais avec tous les problèmes cités plus haut, lors du visionnage on se croirait presque face un documentaire maçonnique. Aucune prise de risque, zéro réponse… Et financé par les fans de Blanrue.