Bergogole et son église conciliaire n’en loupent pas une. Alors que la judéo-maçonnerie et la secte Vatican II se rapprochent (officiellement) dans le but de dialoguer, François Bergoglio a intronisé la statue de Martin Luther au Vatican le 13 octobre dernier en compagnie de 1000 luthériens, jour de l’anniversaire de l’apparition de la Sainte Vierge à Fatima.

Rappelons que Martin Luther est le père du protestantisme et qu’il fut un ennemi de l’Église Catholique. Cerise sur le gâteau, Bergoglio s’est fendu d’un discours hérétique qui lui sied bien : « Le plus grands réformateurs de l’Église sont des saints, en d’autres mots ce sont les femmes et les hommes qui suivent la parole de Notre Seigneur et qui l’appliquent […] Dans l’Église catholique et chez les luthériens il y a des saints, des hommes et des femmes avec un grand coeur qui suivent l’Évangile : ils sont les réformateurs de l’Église ». Le protestantisme fut condamné au concile de Trente par le pape Paul III en 1545. Bergoglio s’oppose donc une nouvelle fois aux traditions de l’Église et suit les plans antichrétiens des élites qui souhaitent la disparition totale de la véritable Église Catholique.

Une fois de plus la secte conciliaire invite ses ennemis à s’unifier pour laisser apparaître les prémices de la religion noachide. Rappelons que François, comme ses prédécesseurs, n’hésite pas à prier avec les musulmans, les juifs et autres bouddhistes.

Source : Tradition in action

luther03