Qu’ils sont sains et équilibrés ces politiciens ! Le vice-président du MoDem a été arrêté le 31 août car il s’est fait surprendre en train de se masturber à proximité de deux mineurs dans un magasin de bricolage.

Source : Francetvinfo

Article de Francetvinfo

rochefort

Le vice-président du MoDem Robert Rochefort a été pris en flagrant délit. L’eurodéputé Robert Rochefort a été interpellé mercredi 31 août, après avoir été surpris dans un magasin en train de se masturber à proximité de mineurs, explique vendredi 2 septembre une source proche de l’enquête, confirmant une information de RTL.

L’élu se trouvait dans un magasin de bricolage, Castorama, à Vélizy-Villacoublay (Yvelines) lorsqu’une personne l’a surpris, le sexe sorti du pantalon, en train de se masturber devant deux mineurs qui n’ont cependant pas vu la scène, selon cette source proche de l’enquête. C’est un vigile qui a donné l’alerte auprès de son directeur qui a lui-même prévenu la police.

Aussitôt interpellé par la police alertée par le magasin, il a reconnu les faits en garde à vue. Il a expliqué aux policiers avoir « besoin de se masturber » quand il était « en situation de stress », selon la source proche de l’enquête.

« J’ai reconnu des choses fausses », assure l’élu

Interrogé par BFMTV.com, Robert Rochefort réfute cette version. « Si la [version de RTL et de la source proche de l’enquête] était exacte, je ne serais pas libre. Je ne me suis jamais exhibé devant des enfants », assure l’élu MoDem. Et il ajoute s’être senti « menacé » :  « Je me suis fait piéger car je n’ai pas voulu passer la nuit en garde à vue. Est-ce que j’ai paniqué, est-ce que j’ai eu peur ? J’ai reconnu des choses fausses. »

Mais Robert Rochefort est plus confus lorsque BFMTV.com lui demande s’il a reconnu des faits d’exhibition : « Dit comme ça, non. Mais effectivement, cela peut être interprété comme ça ». 

Cet ancien directeur du Credoc, un centre d’analyse économique et sociale, va faire l’objet d’une procédure de composition pénale (mesure alternative à des poursuites), évitant ainsi un procès public. Pour ces faits d’exhibition sexuelle, il risque en revanche une amende et pourrait faire l’objet d’une injonction de soins.