Nouvel article dans la série « Science et Occultisme » avec un retour sur Gérard Anaclet Vincent Encausse dit « Papus », le « Balzac » de l’occultisme.

Papus
Papus

Gérard Anaclet Vincent Encausse, ou Papus, né en 1865, était un médecin français de renom, mais aussi et surtout un occultiste qui fut cofondateur de « l’Ordre Martiniste » avec Augustin Chaboseau (historien, journaliste français et… occultiste, évidemment). Papus était également un amateur d’art. Bien qu’opposé au Scientisme[1], Papus était un occultiste qui passa par de nombreuses sociétés secrètes (Wikipédia) :

« …la Société théosophique de Helena Blavatsky en 1887, l’Ordre Kabbalistique de la Rose-Croix de Peladan et de Guaita en 1888, à l’Église gnostique de France de Jules Doinel en 1892, à l’Hermetic Order of the Golden Dawn en 1895, à la Franc-maçonnerie de Rite Swedenborgien (1901), dont il sera le Grand maître, au Rite de Memphis-Misraïm en 1908, à l’Ordo Templi Orientis. Il entre à plusieurs reprises en conflit avec les tenants des loges maçonniques dites « régulières » et le 24 juin 1908 il organise à Paris une conférence internationale maçonnique à laquelle participent des représentants d’obédiences maçonniques « de frange ». »

Emblème de la Théosophie
Emblème de la Théosophie

Notes* Dans : Un bref historique de l’O.T.O., de Mathieu Léon[2]

« L’OTO pénétra en France par l’entremise de Papus (le Docteur Encausse) lors de l’échange de divers diplômes et autres médailles maçonniques et gnostiques opéré à l’occasion de la « Conférence Internationale Maçonnique et Spiritualiste de Paris », le 24 juin 1908. Mais, « Il ne semble pas que Papus ait jugé nécessaire l’établissement effectif de l’Ordre en France. Il faut reconnaître qu’il lui aurait été difficile de faire vivre chaque grade de chaque rite dont les noms embellissaient sa signature. Ceux-ci servaient plutôt (ou au moins) à monnayer de nouvelles acquisitions : sa charte de l’O.T.O. n’était-elle pas incluse dans une transaction concernant également l’Église Gnostique Catholique et le Rite Ancien et Primitif de Memphis & Misraïm ? Il ne faudrait pas croire que nous critiquons Papus : ces habitudes sont celles de l’occultisme (certes bien représentées par ce titulaire d’un doctorat en kabbale…) et n’ont que peu à voir avec la réalisation du Grand Œuvre. Quoi qu’il en soit, nous ne connaissons pas de groupes ayant travaillé le rituel de l’O.T.O. et qui seraient issus de cette filiation »


Suite Wikipédia :

« D’autre part Papus a constitué, en décembre 1889, un groupe organisant des recherches, des cours et des conférences sur les divers aspects de l’ésotérisme occidental, le Groupe Indépendant d’Études Ésotériques (GIEE) qui devient le cercle extérieur de l’Ordre Martiniste, et prend le nom de Faculté Libre des Sciences Hermétiques en mars 1897. Les cours sont nombreux (une douzaine par mois environ), et les sujets étudiés traitent de la Kabbale, de l’Alchimie, du tarot divinatoire, en passant par l’histoire de la philosophie hermétique. Papus, Sédir, Victor-Émile Michelet, Fernand Rozier et A. Chaboseau, entre autres, en sont les enseignants. La section Alchimie, dirigée par François Jollivet-Castelot, est à l’origine de la Société Alchimique de France.

La légende veut qu’en automne de 1905, Nicolas II, aux prises avec les troubles sociaux, l’ait appelé à Tsarskoïe Selo pour lui demander conseil. Papus aurait évoqué alors, au cours d’une opération magique, l’esprit d’Alexandre III, préconisant la répression pour éviter une révolution de grande envergure. Papus aurait affirmé au tsar que cette révolution n’éclaterait pas tant que lui-même serait vivant. Or Papus n’est pas venu en Russie à cette époque, où Raspoutine a déjà fait son entrée auprès du couple impérial. Par contre Papus est venu en 1901 pour rencontrer les occultistes et les martinistes russes, et pour accompagner le Maître Philippe de Lyon, son « maître spirituel », invité à la cour russe. Philippe qui devait jouir quelques mois durant d’une grande autorité morale auprès du tsar, à qui il avait prédit la naissance du successeur au trône. Papus et Philippe ont été expulsés suite à des manigances policières racontées en détail dans L’Apocalypse de notre temps d’Henri Rollin en 1938. Les visites de Papus en Russie, séjours auréolés de mystère, ne sont qu’épisodes parmi d’autres dans cette vie étrange mais féconde, Papus a rencontré la tzarine mais pas le tzar lui-même. »


En 1888 Papus publie le journal « L’initiation », revue officielle de l’Ordre Martiniste (qui existe encore de nos jours, malgré une pause[3]). Certains membres de l’Ordre tels que « Stanislas de Guaita (cofondateur avec Joséphin Peladan de l’Ordre kabbalistique de la Rose-Croix), Peladan (cofondateur avec Stanislas de Guaita de l’Ordre kabbalistique de la Rose-Croix), Charles Barlet (un des premiers membres de la branche française de la Société Théosophique), Matgioi (Georges-Albert Puyou de Pouvourville), Marc Haven, Paul Sédir (ésotériste et un mystique français, auteur de nombreux ouvrages sur l’ésotérisme et la mystique chrétienne), Albert de Rochas d’Aiglun (militaire et administrateur français, auteur d’études historiques et d’expérimentations privées ainsi que d’ouvrages sur les phénomènes paranormaux), Lucien Chamuel, Fernand Rozier (médecin et occultiste français, associé de Papus), Martines de Pasqually (fondateur de l’ordre des chevaliers-maçons Coëns de l’Univers, en 1761), Saint-Martin, Willermoz (franc-maçon français qui joue un rôle important dans la constitution des systèmes de hauts grades maçonniques), Fabre d’Olivet, Éliphas Lévi (ecclésiastique français et une grande figure de l’occultisme), Paul Adam (écrivain français et critique d’art), Maurice Barrès (écrivain et homme politique français, figure de proue du nationalisme français), Victor-Émile Michelet (poète ésotérique français), Péladan, Camille Flammarion (astronome français), Emma Calvé (cantatrice française), Albert de Rochas » en furent les rédacteurs.

Couverture du journal de Papus pour l'Ordre Martiniste "L'initiation" datant de 1888
Couverture du journal de Papus pour l’Ordre Martiniste « L’initiation » datant de 1888

Si vous lisez ce que racontait le journal « L’initiation » de 1888, vous remarquerez qu’il est écrit page 18 : « Notre première partie sera donc consacrée aux œuvres spéciales, caractéristiques de Satan, la magie noire et ses hideuses pratiques, envoûtements et maléfices.Nous énumérerons les ressources infernales de la sorcellerie. Nous irons défier dans son antre le Prince des ténèbres éternelles, et au sabbat le bouc monstrueux aux seins de femme, que les adeptes de ces répugnantes agapes devaient « baiser brutalement sous la queue, en signe de grand révérence et honneur. » Papus et ses congénères sont plus des lucifériens que des satanistes. Ils voient les satanistes comme les adeptes d’un culte folklorique. Mais ne vous laissez pas tromper par cette ruse du démon capable de prendre diverses formes afin de perdre l’homme. Les Papus et autres Peladan ne sont ni plus ni moins que les adeptes d’une autre forme de satanisme que nous appelons le luciférisme. Les personnes appartenant à ce courant se veulent plus instruites que les satanistes. Ils sont, comme vous pouvez le constater plus haut, souvent amoureux de littérature, de peinture et autre forme d’art :

« Ce vaste mouvement hermétique, dont Papus est l’une des âmes agissantes, a nourri la littérature et les arts de l’époque, Péladan, Catulle Mendès, Paul Adam, Villiers de l’Isle-Adam, donnent quelques textes aux premiers numéros de l’Initiation. August Strindberg, lors de son séjour à Paris, participe aussi mais davantage pour partager ses expériences d’alchimie. Les ouvrages de Papus ont marqué également les jeunes peintres dit Nabis.« 

« Papus a laissé 160 ouvrages, almanachs, revues et articles, cette production littéraire impressionnante, qui lui a valu le surnom de « Balzac » de l’occultisme.« [4]

« L’ABC Illustré d’Occultisme« , par Papus

Vous pourrez constater avec la galerie ci-dessous que, bien que Papus s’opposa à certaines loges maçonniques, ses travaux débordent de symbolisme. Dans une suite d’illustration l’initiation est imagée dans l’ouvrage « L’ABC Illustré d’Occultisme« , par Papus.

Illustrations tirées du Chapitre : La science occulte révélée


[1] La science qui s’oppose à Dieu
[2] Esoblogs.net, article intitulé Bref Historique de l’O.T.O. : http://www.esoblogs.net/267/bref-historique-de-l-ordo-templi-orientis/
[3] L’initiation.eu : http://www.linitiation.eu/index.php/lettres-d-information
[4] Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Papus#.C5.92uvres

Autres articles dans la catégorie « Science et occultisme » :
Jack Parsons, pionnier de la propulsion spatiale, était un occultiste
La famille Northrup