La science et l’occultisme sont décidément de grands amis. En effet, Jack Parsons (entre autres), pionnier de la propulsion spatiale, était un occultiste membre de l’O.T.O. qui correspondait avec Aleister Crowley et qui pratiquait des rituels basés sur la magie noire de l’Ordo Templi Orientis. Jack Parsons fait partie de ces célèbres scientifiques qui étaient des occultistes affiliés à des sociétés secrètes. Ces fous pratiquaient la magie sexuelle et invoquaient des entités.

Jack Parsons

Jack Parsons, né le 8 octobre 1914 à Los Angeles en Californie, est un pionnier de la propulsion spatiale. Wikipédia : « Parsons est associé au California Institute of Technology (Caltech) et est l’un des principaux fondateurs du Jet Propulsion Laboratory (JPL) et de l’Aerojet Engineering Corporation. » Le Jet Propulsion Laboratory existe toujours et travaille avec la NASA : « Le Jet Propulsion Laboratory (JPL), basé à Pasadena aux États-Unis, est une coentreprise entre la NASA et Caltech qui est chargée de la construction et de la supervision des vols non habités de la NASA. » … « Les projets dirigés par le JPL sont, entre autres, la sonde Galileo vers Jupiter, les mission vers Mars avec Pathfinder (1997) et les deux robots de la mission Mars Exploration Rover. Au fil des ans, le JPL a envoyé des missions inhabitées vers toutes les planètes. De plus, le JPL a aussi effectué une cartographie complète de la Terre et dirige le réseau international d’antenne radio Deep Space Network. En plus de son travail pour la NASA, le JPL assiste aussi l’industrie cinématographique toute proche (Hollywood) en conseillant sur les aspects scientifiques des productions.« 

Âgé de 14 ans, Jack Parsons entame ses premières recherches sur l’occultisme et tente d’invoquer le diable dans sa chambre. En 1934, âge de 20 ans, il rencontre sa première femme, Helen Northrup. Il se marient en 1935. Après un bref passage par le Marxisme Jack Parsons est initié au sein de la société secrète de Thelema, la secte satanique créée par l’occultiste Aleister Crowley. Le couple est initié dans la loge Agape de l’OT.O. en 1941. Cette année marquera aussi la fin de son mariage avec Helen Northrup. Alors qu’elle s’absente pendant quelques mois, Jack Parsons entame une relation avec une jeune fille de 17 ans prénommée Sara, la petite sœur de sa femme. A son retour, Sara apprend à Helen Parsons qu’elle est la nouvelle femme de Jack Parsons, ce dernier affirme la chose en expliquant qu’il trouve Sara sexuellement plus attractive… Helen décide de se mettre en couple avec Wilfried Talbot Smith, alors à la tête de la loge Agape. Alors que Jack Parsons et Sara Northrup vivaient une « relation libre » encouragée par la doctrine de l’O.T.O., Sara s’amourache de Ron Hubbard (fondateur de la scientologie qui fut initié dans l’Ordo Templi.Orientis). Jack Parsons, jaloux, met toute son énergie dans des rituels de magie noire qui attirent l’attention de quelques membres de l’O.T.O. L’initiée de la secte, Jane Wolf, écrivait à Aleister Crowley, lui disant « Notre Jack est amoureux de sorcellerie, de vaudou. Depuis le début il cherche à invoquer quelque chose… » C’est Jack Parsons qui recruta Grady Louis McMurtry dans l’O.T.O., ce dernier sera d’ailleurs à la tête de la secte de 1971 à 1985.

Aleister Crowley
Aleister Crowley
Le Parsonage, 1003 S. Orange Grove Avenue à Pasadena
Le Parsonage, 1003 S. Orange Grove Avenue à Pasadena

En 1942 la loge Agape et le « Parsonage » (1003 S. Orange Grove Avenue à Pasadena, la maison dans laquelle Parsons et ses collègues effectuaient des tests pour ses projets d’armements et dans laquelle ils accomplissaient des rituels) fait l’objet d’investigations de la part du FBI et du Département de Police de Pasadena. Tous deux recueillirent des témoignages à propos d’un culte qui pratiquait la magie noire impliqué dans des orgies. Un des plaignants était un jeune garçon de 16 ans qui racontait avoir été violé par des membres de la loge Agape. Des voisins rapportaient également avoir vu un rituel qui impliquait une femme enceinte, nue, qui devait sauter au-dessus d’un feu. Jack Parsons fut interrogé, il déclara simplement que la loge était une organisation à but religieux et philosophique. Aucune agence ne trouva de preuves d’activités illégales et elles conclurent que la loge Agape ne constituait aucune menace pour la sécurité nationale…

Jack Parsons était un adepte des drogues : alcool, marijuana, cocaïne, amphétamines, peyotl, mescaline et l’opium. En 1945 il décide de pratiquer une série de rituels appelée « Babalon Working » avec Ron Hubbard. Ce rituel satanique basé sur le « Livre de Thoth » du mage noir Aleister Crowley était destiné à invoquer la déesse thélémique « Babalon » sur Terre, elle s’incarnera dans une femme appelée « Femme Elementaire ». Cette Babalon est une déesse, ou plutôt un démon, dont parle Aleister Crowley dans « Le Livre de Thoth » : « Elle chevauche la bête ; dans sa main gauche, elle tient les rênes, représentant la passion qui les unit. Dans sa main droite, elle tient la coupe bien haut, le Saint Graal enflammé avec l’amour et la mort. Dans cette coupe sont entremêlés les éléments du sacrement de l’Aeon.«  Wikipédia : « Sous sa forme la plus abstraite, elle (Babalon) représente la pulsion sexuelle féminine et la femme libérée ; de même elle est aussi identifiée avec Mère Nature, dans son acception de fertilité. » Après avoir déclaré que la première série de rituels était terminée et que c’était un succès, Jack Parsons rencontra Marjorie Cameron (née en 1922). Parsons vit en elle la « Femme Elementaire », autrement dit Babalon, qu’il avait alors invoqué lors de ses rituels magiques avec l’aide du fondateur de la scientologie. Jack Parsons et Marjorie Cameron entamèrent une relation et se marièrent en 1946.

 

Jack Parsons et Marjorie Cameron
Jack Parsons et Marjorie Cameron

 

Logo de la loge A∴A∴

Fin des années 1940, Jack Parsons continue de pratiquer des rituels de magie sexuelle, cette fois avec des prostituées, en expérimentant le rituel « Crossing the Abyss » de l’organisation thélémite A∴A∴. Par ce rituel il dit être en union avec la « conscience universelle ». Par la suite, Jack Parsons rédige un serment intitulé « Oath of the Abyss » (Serment de l’Abîme) après avoir, dit-il, été invoqué par Babalon lors d’une expérience « hors de son corps » (out-of-body experience) qui l’aurait astralement transporté dans la ville biblique de Chorazéïn… Dans ce serment, Parsons raconte qu’il est une entité nommée Belarion Armillus Al Dajjal « qui est venue pour accomplir la loi de la Bête 666« . Jack Parsons rédigea « The Book of Babalon, Liber 49 » en 1946. Il racontait que c’était la déesse Babalon qui lui en avait transmis le contenu pendant qu’il accomplissait ses rituels d’invocations. Parsons voyait en cet ouvrage un quatrième chapitre du « Livre de la Loi » d’Aleister Crowley, la « Bible » de la religion thélémique. « The Book of Babalon, Liber 49 » est un recueil de rituels de magie noire, autrement dit de rituels sataniques.

A l’aube des années 1950, un certain Herbert T. Rosenfeld offre un poste à Jack Parsons. Cet homme travaillait pour American Technion Society, un groupe sioniste qui supportait la création de l’État d’Israël. Rosenfeld expliqua à Parsons les intentions d’Israël en matière d’armements et de projet spatial et demanda des données concernant les fusées qu’il fabriquait. Si Jack Parsons lui fournissait ce rapport, Rosenfeld l’aiderait à quitter le territoire américain afin de lui offrir un poste en Israël pour fabriquer des fusées. Le FBI mit la main sur le rapport et accusa Jack Parsons de travailler en tant qu’espion pour le gouvernement israélien. Le FBI investiguait sur Rosenfeld qui aurait été un agent qui fournissait des renseignements au soviétiques, mais aussi sur les agissements de Parsons au Parsonage. A cause de ces investigations menées par le FBI, Parsons et Marjorie Cameron n’ont pas pu rejoindre l’État d’Israël. Après cet épisode, Jack Parsons et Marjorie Cameron décident de partir quelques temps au Mexique. Il devenait paranoïaque et racontait que le FBI ne le lâchait pas, il disait être constamment surveillé. L’ingénieur comptait relancer sa carrière avec le gouvernement mexicain en proposant ses services. En réalité, Jack Parsons et Marjorie Cameron souhaitaient rallier le Mexique car ils pensaient qu’ils pourraient rejoindre plus facilement Israël en partant de ce pays d’Amérique du sud. Avant leur départ, Parsons reçoit une demande de conception d’explosifs pour un film. Il se met directement au travail dans son laboratoire personnel et décède d’une explosion qui détruit également le bâtiment alors qu’il travaillait sur cette dernière commande. Officiellement, Jack Parsons est décédé suite à un accident. Sa femme dénonce des organisations antisionistes. Suite à la mort du « pionnier de la propulsion spatiale », la NASA décida que Parsons ne méritait plus ce titre. C’est l’ancien nazi Wernher von Braun qui en héritera. Cet ingénieur nazi avait été récupéré par les États-Unis lors de « l’Opération Paperclip » à la fin de la seconde guerre mondiale, il fut naturalisé américain en 1955.

Portrait de Jack Parsons par Marjorie Cameron, intitulé "Dark Angel".
Portrait de Jack Parsons par Marjorie Cameron, intitulé « Dark Angel ».
Autoportrait de Marjorie Cameron, intitulé "The Black Egg".
Autoportrait de Marjorie Cameron, intitulé « The Black Egg ».
Jack Parsons et Marjorie Cameron
Jack Parsons et Marjorie Cameron

Après la mort de Parsons, Marjorie Cameron se terre au Mexique. Elle espère pouvoir communiquer avec l’esprit de son défunt mari en accomplissant des rituels dans lesquels elle s’entaille son propre poignet. Une fois les rituels accomplis, elle déclare avoir reçu une nouvelle « identité magique », elle est Hilarion. Au moment où elle dit recevoir ce message pendant le rituel, à 23h30 le samedi 19 juillet 1952, un OVNI est aperçu dans Washington au-dessus du Capitol Building. Elle considère que c’est une réponse à la mort de son mari (le phénomène s’est répété plusieurs nuits jusqu’au 3 août 1952). De plus en plus intéressée par l’occultisme, la veuve de Parsons dévore tous les documents de son mari afin de comprendre le but du rituel « Babalon Working ». Après avoir lu les travaux de Parsons, elle finit par croire que l’esprit de Babalon est bien incarné en elle. Elle continue les tentatives de communications avec son défunt mari avec le voyage astral. Son état mental se détériorant (pratiquer des rituels laisse des traces) elle se met à raconter que l’État de Californie sera ravagé par un test nucléaire raté. Elle passe quelques temps en compagnie de Wilfried Talbot Smith et de sa femme Helen avant d’investir un ranch à Beaumont, en Californie. Elle réunit autour d’elle des magiciens et autres pratiquants de l’occultisme qu’elle appelle The Children. Le groupe est intentionnellement constitué de personnes de races différentes afin de mettre en place des rituels de magie sexuelle, des orgies qui ont pour but de créer une race métissée, les « moonchildren », dévouée à Horus. Marjorie Cameron tombe enceinte en participant à ces rituels et souhaite nommer son enfant « The Wormwood Star », mais elle fait finalement une fausse couche. Des membres de la secte The Children se détachent petit à petit de Marjorie Cameron à cause de ses sermons apocalyptiques. Elle raconte qu’une guerre des races va faire rage dans l’Ancien Monde, qu’une comète viendra s’abattre sur la Terre et qu’une soucoupe volante viendra les sauver. Pendant ses rituels, Marjorie Cameron utilisait un arsenal de drogues hallucinogènes. Elle était en contact avec des thélémites ou associés d’Aleister Crowley comme Jane Wolfe, Karl Germer ou Gerald York, qui considéraient malgré tout que Marjorie Cameron était folle. Elle décède le 24 juin 1995.

 

Cliché de 1952. Les OVNI(?) survolent le Capitol Building
Cliché de 1952. Les OVNI(?) survolent le Capitol Building

Sources : Wikipédia et « Strange Angel: The Otherworldly Life of Rocket Scientist John Whiteside Parsons«  de George Pendle