Le milieu de la télévision est malsain, cette affaire Morandini tend à le prouver. L’animateur se retrouve dans de sales draps suite aux révélations des Inrocks. Le parquet de Paris ouvre deux enquêtes préliminaires suite à plusieurs plaintes déposées contre Jean-Marc Morandini.

Source : L’Express

morandini

*Note : Ce qui se trouve sous la mention « source » n’est pas la propriété du site endirectduchaos.

A la suite de plusieurs plaintes, le parquet de Paris a ouvert deux enquêtes préliminaires visant Jean-Marc Morandini, pour « corruption de mineurs » ainsi que pour « harcèlement sexuel et travail clandestin ».

L’affaire Morandini se poursuit. A la suite des plaintes déposées par plusieurs comédiens de la web-série Les Faucons, produite par Jean-Marc Morandini, l’animateur est désormais visé par deux enquêtes préliminaires diligentées par le parquet de Paris, indique ce mercredi une source judiciaire à L’Express.

La première, qui concerne un seul plaignant, a été ouverte fin juillet pour les chefs de « corruption de mineurs », et la seconde, concernant cinq plaignants, a été ouverte début août pour « harcèlement sexuel et travail clandestin ». « Ce sont deux enquêtes distinctes qui concernent des plaignants différents », précise notre interlocuteur.

 Les investigations ont été confiées à la brigade de protection des mineurs (BPM) et à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) de la police judiciaire de Paris.

Manipulation psychologique et drague de mineur

C’est une longue enquête des Inrockuptibles, datée du 12 juillet, qui a fait éclater l’affaire. Plusieurs jeunes comédiens y racontaient les castings troubles auxquels ils avaient participé pour jouer dans la série produite par NZPP, maison de production de Jean-Marc Morandini.

 Ces acteurs faisaient tous part de manipulations et de pressions psychologiques de la part d’une certaine Catherine Leclerc – présentée comme directrice de casting – pour qu’ils envoient des photos ou des vidéos d’eux nus et en train de se masturber. L’article faisait également mention de problèmes liés à la rémunération des acteurs, payés pour un seul jour de tournage sur les quatre effectués.

Un deuxième article, paru la semaine suivante, évoquait quant à lui la drague poussive sur Twitter d’un mineur de 15 ans par l’animateur de 36 ans son aîné.

Trois plaintes étaient connues à ce jour

Trois comédiens avaient jusqu’alors déposé plainte. Me Thierry Vallat, leur avocat, avait expliqué à L’Express qu’une enquête du parquet était essentielle pour « mettre en lumière le rôle de Catherine Leclerc, directrice de casting fantôme [aucun comédien ne l’a jamais rencontrée, NDLR], qui a joué un rôle pivot dans la manipulation ».

A ce stade, Jean-Marc Morandini, qui a rejeté en bloc toutes les accusations dont il fait l’objet lors d’une conférence de presse, n’a pas encore été entendu par les policiers.

Par , avec